Notre philosophie du sevrage

OurPhilosophy_plate

Façonnée par nos expériences

Le savoir et l’expérience de notre équipe résultent d’un travail clinique de plusieurs années à l’Hôpital universitaire de Graz. C’est là que Marguerite Dunitz-Scheer et Peter Scheer développèrent un concept spécial, basé sur des recherches antérieures dans le domaine, dans le but d’aider les enfants souffrant de troubles alimentaires graves et de dépendance à la sonde.

Ancrée dans des résultats réels et concrets

Notre philosophie est basée sur nos connaissances dans le domaine de la psychologie du développement et de l‘analyse des processus d’apprentissages pendant la petite enfance, selon l’hypothèse que chaque enfant est génétiquement équipé d’un potentiel d’apprentissage. Cela signifie que depuis des centaines d’années les enfants n’apprennent pas à manger parce qu’on leur apprend, mais plutôt parce que chaque enfant dispose en lui-même de la compétence nécessaire pour accomplir cette fonction de base essentielle. Déjà dans le ventre de leurs mères, les enfants peuvent boire, téter et avaler le liquide amniotique de manière coordonnée.

Au cours des deux dernières décennies, nous avons identifié deux objectifs essentiels aux traitements basés sur le modèle de Graz :

  • Approche somatique : donner à l’enfant la possibilité de ressentir la faim.
  • Approche psychologique : promouvoir l’autonomie de l’enfant.

Ces deux objectifs simples doivent être compris et respectés à différents niveaux, par l’enfant lui-même et par l’entourage impliqué. Cependant, chaque famille et patient sont différents, c’est pourquoi il est nécessaire de personnaliser sur mesure chaque processus de sevrage, même si la philosophie sous-jacente reste la même.

Le concept d’autorégulation

Les bébés et les jeunes enfants émettent des signaux de toutes sortes pour montrer à leur entourage qu’ils ont faim. Ils peuvent fixer visuellement, tourner la tête vers vous ou la détourner dans l’autre sens (par exemple, lorsque vous approchez le biberon), ils peuvent également gazouiller, pleurer, crier, sourire ou tenter de communiquer avec la personne qui s’occupe d’eux. Ces indices sont émis dans « l’espace » qui entoure l’enfant. Quand un enfant a passé plusieurs mois dans des services de soins néonatals intensifs et dans des hôpitaux de toutes sortes, son répertoire communicationnel peut être réduit ou confus pour son parent, son interprète. Parallèlement, les parents ont subi de longues semaines de peur et de nervosité, ils se sentent anxieux et veulent aider leur bébé de toutes les manières possibles. Mais leurs tentatives bienveillantes pour essayer d’aider leur enfant s’avèrent souvent peu constructives. C’est la nature de la plupart des soins intrusifs non désirés et exagérés; ils peuvent provoquer une réaction d’auto-défense du nourrisson, conduisant à un refus de s’alimenter.

L’autorégulation signifie que le bébé est équipé de biorythmes qui régulent des fonctions de base, comme les cycles d’éveil-sommeil et de faim-satiété. L’autorégulation signifie également que les adultes impliqués apprennent à faire confiance à la capacité de l’enfant de faire les choses au moment opportun de lui-même, et de pouvoir réguler la faim et la satiété, même s’il a été confronté à plusieurs semaines, voire plusieurs mois, de grande souffrance . Parce que le bébé a le potentiel de devenir un enfant qui s’alimente comme tout autre enfant, l’autorégulation permet également d’équilibrer l’augmentation de l’alimentation orale, mais seulement si les apports par voie entérale (c.-à-d. par sonde) sont réduits.

angry-girl

Comprendre la perspective de l‘enfant est fondamental

Comprendre le problème présenté à l’enfant, depuis sa propre perspective (et non pas par rapport à ce que nous jugeons important depuis notre perspective d’adultes), est la condition essentielle pour trouver une connexion vers la personnalité de l’enfant, et pouvoir estimer la manière de stimuler ses capacités de développements sensoriels et moteurs. L’enfant lutte pour son autonomie dès la naissance, et son besoin explicite de développer sa propre force de volonté et sa motivation doit aller à l’encontre de toute approche aversive ou suggestive. Ainsi, indépendamment de son âge ou de son éventuel handicap, l’enfant indiquera lui-même la direction que doit prendre son traitement. En communiquant avec les parents nous essayons de mettre en place un projet de traitement spécifique, qui sera étudié et adapté de manière individuelle pour l’enfant et son système de prestations de soins. C’est pourquoi notre programme est appelé « Développement de l’autonomie précoce », ou communément présenté comme « le modèle de Graz ».

Mise en application du modèle de Graz

Nous parcourons le monde pour participer à des conférences et des ateliers dans le but de présenter le « modèle de Graz » aux familles désespérées. Actuellement, nous nous efforçons de proposer le modèle de Graz à deux catégories principales :

  • Les parents d’enfants alimentés par sonde; avec nos programmes sur site et en ligne.
  • Les professionnels travaillant dans les domaines de l’alimentation par sonde et du sevrage.

Téléchargez le guide : Comment fonctionne le sevrage de la sonde ?

Découvrez notre méthode éprouvée qui permet de sevrer votre enfant de la sonde en 6 étapes. Méthode qui a fait ses preuves plus de 3 000 fois.

Vous apprendrez comment

  • Éveiller l’intérêt de votre enfant pour la nourriture,
  • Éviter les comportements parentaux récurrents qui peuvent être un frein au sevrage,
  • Créer les conditions idéales pour le sevrage.