comment fonctionne le sevrage de la sonde







Les 3 types de sondes d'alimentation et leurs effets secondaires







 Raisons qui poussent les parents à conserver la sonde d'alimentation



Abonnez-vous dès aujourd’hui

pour recevoir nos derniers articles et eBook chaque semaine directement dans votre boîte de réception


L’enfant dit « normal »
Apprendre à manger est un processus normal dans le développement de l’enfant. Ce processus nécessite du bon sens et un ensemble de compétences parentales élémentaires telles que, de la sensibilité, la reconnaissance de signaux, et une volonté d’alimenter l’enfant par voie orale pour favoriser le développement croissant de son autonomie et de ses compétences.

L’enfant dit « spécial »
Cependant, quand un bébé souffre de prématurité, d’une anomalie physique nécessitant une intervention chirurgicale immédiate ou de toute autre maladie infantile grave, les choses sont différentes. Subitement, l’étape essentielle qui consiste à apprendre à s’alimenter ne se déroule pas normalement, et souvent une sonde d’alimentation est administrée à l’enfant ou au nourrisson. Par la suite, l’enfant peut devenir dépendant à la sonde; un problème qui survient lorsqu’il n’y a pas de stratégie de sevrage.

Troubles précoces du comportement alimentaire – « Mon enfant ne mange pas ! »
Il existe trois types de sondes qui peuvent conduire à une dépendance et empêcher l’alimentation orale : la sonde naso-gastrique (sonde NG), la sonde de gastrostomie endoscopique (sonde PEG), et la sonde jéjunale (sonde JEP).

  • La sonde naso-gastrique :
    La sonde naso-gastrique est normalement administrée lorsqu’une alimentation entérale à court terme est nécessaire, comme pour les enfants nés prématurément ou après une opération du cœur. La pose de la sonde est une intervention relativement simple qui peut être effectuée par les parents eux-mêmes. Néanmoins, cette sonde ne devrait être utilisée que sur une période de trois mois tout au plus.
  • La sonde de gastrostomie :
    La sonde de gastrostomie est placée par voie endoscopique. Dans la plupart des pays, elle est posée par le gastro-entérologue, qui prescrit également l’alimentation entérale. Parfois, si un reflux est causé par la sonde de gastrostomie, une opération de Nissen est effectuée simultanément. La sonde de gastrostomie peut rester en place entre trois mois et un an. Si possible, il faut privilégier une sonde de gastrostomie qui peut être retirée sans anesthésie. Un bouton Mic-key peut être posé par la suite si la capacité de l’enfant à maintenir ses besoins alimentaires est instable (comme dans les problèmes de déglutition ou de reflux sévères).
  • La sonde jéjunale :
    La sonde jéjunale est généralement la deuxième solution employée en cas de reflux sévères ou d’autres problèmes entéraux (vidange lente de l’estomac, etc.). D’une part l’enfant ne peut pas vomir, et parfois un trouble que l’on appelle le « dumping syndrome » peut se produire, présentant des symptômes tels qu’une transpiration excessive et un fort épuisement de l’enfant après les repas. La sonde jéjunale est placée par voie endoscopique. Elle est normalement destinée à rester en place pendant de longues périodes. Le retrait de la sonde peut être difficile et exige une prise en charge particulière.

Comment se développe la dépendance à la sonde ?
La sonde d’alimentation, initialement posée afin d’aider temporairement l’enfant à se développer dans des conditions extrêmes, est utile au départ. Toutefois, au fil du temps, les patients développent une dépendance à la sonde. Beaucoup de ceux qui deviennent dépendants n’apprennent jamais à manger et font état d’un rejet de la nourriture, accompagné de différents schémas d’évitement. Une situation qui impose à l’enfant de nombreux défis traumatisants et un fardeau financier important pour la famille.

Qu’est-ce qu’une dépendance à la sonde ?
La dépendance à la sonde est un résultat pénible et indésirable d’un procédé qui consiste à alimenter un enfant avec une sonde. La dépendance peut être définie comme le refus actif de manger et de boire, le manque d’envie d’apprendre, ainsi que l’incapacité et le manque de motivation à montrer toute étape préliminaire du développement de l’oralité après une période d’alimentation entérale. Elle se caractérise souvent par un désintérêt manifeste, des réactions d’évitement et un refus actif face à la nourriture, des réflexes nauséeux, des vomissements, une hypersensibilité, de l’irritabilité, et d’autres comportements d’opposition et d’aversion. Cette dépendance peut influencer négativement la qualité de vie de l’enfant touché, à un degré tel que ceci devient insurmontable. Et l’enfant ne se développe pas, même lorsqu’il est nourri par voie entérale. Malgré la gravité de la dépendance de sonde, elle n’est pas reconnue comme un problème par de nombreux pédiatres. Les enfants dépendants sont désignés comme des enfants souffrants de troubles de l’alimentation ou de troubles précoces du comportement alimentaire.

Quelle est la solution à la dépendance à la sonde ?
Le sevrage est la solution à la dépendance à la sonde. Si l’enfant peut avaler sa propre salive et boire de petites quantités d’eau sans signes d’étouffement, de toux ou de réflexes nauséeux, il est fort probable que le sevrage puisse réussir.

Quel est l’âge le plus approprié pour un sevrage ?
Le plus tôt possible ! Le développement normal du comportement alimentaire chez l’enfant sain se déroule depuis la naissance jusqu’à 12-18 mois. Il s’agit du délai naturel de transition pour que le nourrisson alimenté au sein, au biberon ou à la cuillère, devienne l’enfant en bas âge capable de s’alimenter par lui-même. La plupart des sondes entérales sont posées au moment de la naissance, et perdent en utilité et en utilisation spécifique peu de temps après.

Demandez à l’équipe médicale qui s’occupe de votre enfant s’il est en mesure de suivre notre programme de sevrage, et contactez-nous dès aujourd’hui pour plus d’informations sur la manière de commencer.

Qui sommes-nous ?
NoTube est une société de conseil qui a vu le jour au département psychosomatique de l’Université de médecine de Graz, en Autriche. Pour en apprendre plus sur notre histoire, notre équipe, et nos programmes, veuillez cliquer sur les liens correspondants. En définitive, notre objectif ultime est de réduire considérablement le nombre d’enfants dépendants à la sonde à travers le monde.

Peter Scheer