Les 3 types de sondes d'alimentation et leurs effets secondaires







comment fonctionne le sevrage de la sonde







7 Raisons de libérer votre enfant de la sonde d'alimentation



Abonnez-vous dès aujourd’hui

pour recevoir nos derniers articles et eBook chaque semaine directement dans votre boîte de réception


Contexte théorique

La nutrition entérale (sonde d’alimentation) est principalement employée pour couvrir les besoins nutritionnels d’un enfant lorsque son alimentation orale est insuffisante. Il existe différents types de sondes d’alimentation : la sonde naso-gastrique, la sonde de gastrostomie et la sonde jéjunale. Bien que la nutrition entérale temporaire soit une intervention à caractère vital qui offre des avantages, elle implique souvent des effets secondaires indésirables.

Les avantages de la nutrition entérale

Child in notube with a feeding tubeLe principal avantage de la nutrition entérale temporaire est d’assurer la fonction nutritionnelle vitale. Lorsque l’alimentation orale d’un enfant est insuffisante ou inexistante, la sonde d’alimentation permet de satisfaire à ses besoins nutritionnels et de favoriser son développement et sa croissance. Bien que cette intervention puisse permettre à des enfants de récupérer et de se développer, il est essentiel de définir au préalable les conditions et les objectifs de la nutrition entérale.

Les inconvénients de la nutrition entérale

Parfois, les effets positifs escomptés sur la croissance de l’enfant ne répondent pas aux attentes des parents et des professionnels de santé. Dans certains cas, la prise de poids de l’enfant peut être insuffisante, il peut souffrir de vomissements récurrents et développer des comportements de refus voire de rejet de la nourriture. Lorsque la nutrition entérale n’est plus justifiée médicalement, la dépendance à la sonde est l’un des principaux inconvénients. Cette dépendance se matérialise par l’incapacité et/ou le refus actif de l’enfant de s’alimenter par la bouche, et par son inaptitude à développer des compétences alimentaires, voire simplement à toucher, goûter ou lécher la nourriture. Cet état peut conduire à un phénomène de co-dépendance des parents et de l’équipe soignante impliquée. La plupart des enfants s’habituent rapidement au fait d’être nourris exclusivement par la sonde, en conséquence ils n’apprennent pas à manger ou leurs compétences alimentaires régressent. Les parents et les enfants sont alors victimes d’un cercle vicieux qui les enferme dans un processus inextricable de nutritions par sonde. Les autres effets secondaires indésirables de la nutrition entérale se caractérisent par des nausées, réflexe nauséeux prononcé, retraits de sonde inopinés, perforations de la sonde, irritations cutanées, retards de développement, etc.

Les études récentes sur les effets secondaires de la nutrition entérale

child with a feeding tube notubeDans une étude récemment publiée sur les effets secondaires non-nutritionnels, l’analyse d’un échantillon de 268 enfants nourris par sonde démontre que chacun d’entre eux a souffert d’au moins deux effets secondaires indésirables, tels que vomissements, haut-le-cœur, réflexe nauséeux, perte de la sensation de faim, transpiration excessive, tissus de granulation, et problèmes de reflux et de déglutition. Cette étude a été réalisée sur une période de 36 mois, de 2009 à 2011. Tous les enfants évalués lors de cette étude ont participé par la suite soit au Netcoaching soit à l’un des autres programmes proposés par les experts de NoTube.

Conclusion

Avant tout recours à la nutrition entérale, les parents et les équipes médicales doivent évaluer conjointement et de manière approfondie les avantages et les inconvénients d’une telle procédure. Il est également essentiel de mettre en place une stratégie de sortie de la nutrition par sonde, telle que celle offerte par le programme de Netcoaching de NoTube. Notre programme est basé sur deux fondamentaux : favoriser l’autonomie de l’enfant et l’aider à expérimenter la sensation de faim.
Les professionnels de santé, quant à eux, doivent s’assurer d’informer les parents de manière adéquate.