7 Raisons de libérer votre enfant de la sonde d'alimentation

 Raisons qui poussent les parents à conserver la sonde d'alimentation

Abonnez-vous dès aujourd’hui

pour recevoir nos derniers articles et eBooks directement dans votre boîte de réception :

Chers lecteurs,

nous avons mis à profit ces derniers temps pour réévaluer nos taux de réussite dans le domaine du sevrage de la sonde. Un suivi scientifique de notre approche a toujours été et reste important pour nous et nous l’avons mis en place dès le début, y compris en coopération avec diverses institutions. Nous sommes heureux aujourd’hui de vous présenter les résultats actuels.

Résultats du Netcoaching

Entre 2009 et avril 2020, 675 enfants au total ont commencé le programme de Netcoaching pour le sevrage de la sonde avec nous, 618 enfants l’ont également terminé. Sur ces 618 enfants, 601 ont été totalement sevrés (97,2 %), c’est-à-dire qu’ils mangeaient exclusivement et en quantité suffisante par voie orale pendant plus d’un mois à l’issue du Netcoaching. Après 35 jours d’alimentation exclusive par la bouche, un enfant est considéré comme sevré et nous pouvons mettre un terme à l’accompagnement.

Outcome Netcoaching FR16 patients (2,6 %) étaient encore partiellement sondés à la fin du traitement. Dans un seul cas, le sevrage de la sonde a échoué et il a été nécessaire de revenir à une alimentation entérale exclusive pour des raisons médicales.

Résultats des Stages d’alimentation

Les résultats sont également très satisfaisants pour nos jeunes participants aux Stages d’alimentation couplés du suivi par télémédecine. Sur 348 patients, 303 ont terminé le traitement. 287 enfants (94,7 %) ont pu s’alimenter exclusivement par la bouche pendant au moins 35 jours après l’ultime nutrition par sonde, au cours de la période de suivi télémédical et sont considérés comme sevrés avec succès de leur sonde d’alimentation.

Outcomes ES FRQuinze autres enfants ne nécessitaient plus qu’une nutrition entérale partielle pour compléter l’alimentation orale. Ici également, le sevrage a échoué dans un seul cas.

Sabine Marinschek