Choisir le programme de sevrage le plus approprié pour votre enfant







Stages de sevrage - Tout ce que vous avez besoin de savoir







Comment choisir un programme de sevrage de la sonde ?



Abonnez-vous dès aujourd’hui

pour recevoir nos derniers articles et eBook chaque semaine directement dans votre boîte de réception


Chez NoTube, nous sommes fiers de notre taux de réussite de 90,5 %, mais nous savons aussi qu’il nous faut le démontrer. Pour cela, nous voulons vous donner les preuves qui corroborent ce pourcentage. Voici les réponses à trois des idées reçues fréquemment soulevées par les gens au sujet de notre taux de réussite.

Mythe n ° 1 : vous vous occupez uniquement des enfants faciles à traiter

« Vous vous occupez uniquement des enfants faciles à traiter » est une remarque que nous entendons souvent venant d’autres professionnels et parents, mais ce n’est pas vrai. Consultez la liste de diagnostics de l’échantillon ci-dessous. Comme vous pouvez le constater, nous travaillons souvent avec des enfants souffrant des cas les plus extrêmes de prématurité, de troubles cardiaques et de problèmes intestinaux. Et souvent, un enfant peut souffrir de plusieurs ou de la totalité de ces problèmes. Nous avons l’habitude de travailler avec des enfants qui souffrent de syndromes génétiques extrêmement rares. Par exemple, l’un de nos patients est l’un des trois seuls cas documentés dans le monde entier.

netcoachingMythe n ° 2 : vous traitez uniquement les enfants qui ont déjà une attirance pour la nourriture

Une autre idée reçue fréquente, consiste à prétendre que la plupart des enfants que nous traitons ont une sorte d’attirance pour la nourriture et qu’ils commencent tout simplement à manger par eux-mêmes. En réalité, c’est tout le contraire. Un peu plus d’un tiers de nos jeunes patients n’a eu aucune relation à la nourriture avant d’être sevré, et un autre tiers réagit négativement à la nourriture. Nous travaillons avec tous ces enfants pour les aider à apprendre à manger et prendre plaisir de manière autonome, dans un acte qu’ils n’appréciaient pas jusqu’alors.

reaction-of-children-to-food

Mythe n ° 3 : vous traitez des enfants qui ne sont pas affectés de façon négative par la sonde d’alimentation

Outre l’idée reçue que nous traitons des enfants qui ne répondent à aucun diagnostic de dépendance à la sonde, nous entendons souvent que les enfants que nous traitons ne sont pas vraiment affectés de façon négative par la sonde d’alimentation. Ceci est faux. Au cours d’une étude menée sur 268 patients, nous avons constaté que près de la moitié d’entre eux souffraient de réflexes nauséeux, de haut-le-cœur et de vomissements fréquents – parfois plus de 30 fois par jour ! Avant le sevrage de la sonde, près de la moitié de ces jeunes patients souffraient également d’un manque d’appétit ou d’envie de manger. Car plusieurs de ces symptômes sont liés à la sonde d’alimentation, nous constatons que dans de nombreux cas ils disparaissent dans les jours suivant le commencement de notre programme Netcoaching.

side-effects-of-tube-dependency
Nous savons que le cas de chaque enfant est unique, tout comme son expérience avec la sonde d’alimentation et sa relation à la nourriture. C’est pour cela que nous offrons des solutions sur mesure qui s’adaptent à votre enfant et à votre famille. Si vous vous demandez si le sevrage de la sonde pourra réussir avec votre enfant, contactez-nous
.

Samuel Scheer